Visites
Aujourd'hui: 47
Cumul: 391286

L'agriculture bio

Choix de l' agriculture bio                                            

En 2002, un CTE signe le passage du GAEC en production biologique.
L' exploitation est certifiée auprès de l' organisme ECOCERT .
Les exploitants ont depuis suivi plusieurs formations sur le bio. La technique en place avant la contractualisation du CTE était déjà proche du bio : pas d'engrais, des techni­ques d'élevage permettant de limiter les actes vétéri­naires. L'arrivée des CTE a permis de faire le pas vers une production qui leur ressemblait pleinement. Les exploitants ont fait le choix de ne pas entreprendre de cultures sur la ferme. Les 82 hectares de SAU sont en totalité conduites en prairie.
Le parcellaire est composé de deux blocs, l'un autour des bâtiments à 800 mètres d'altitude où deux voire trois coupes peuvent être récoltés. Un autre bloc se trouve plus sur les hauteurs dans le quartier des Artigaux à 1200 mètres d'altitude.
Les sols limoneux sont profonds sur la plaine de Marsous et relativement plats. Les parcelles sont souvent de taille assez importantes. La mécanisation et l'em­ploi de matériel agricole a large champs d'action est donc possible.

Des analyses de foin ont été faites il y a deux ans pour déterminer la valeur de chacun. En fonction de l'alti­tude et de la conduite de la fertilisation, les qualités sont différentes. Ainsi, le foin le plus équilibré est celui fait a Marsous, le foin d'altitude n'étant pas le meilleur. L'autonomie en fourrage est atteinte depuis toujours. L'absence de culture est économiquement difficile, surtout en bio, mais les exploitants ont préférer être performants sur les prairies avec une gestion culturale pointue. Cette spécialisation a aussi permis un inves­tissement dans du matériel de récolte de grande capa­cité

Quelles sont les méthodes de travail utilisées par les éleveurs bio?

Pour qu'un agriculteur obtienne le label production animale Bio, pour sa production de viande bio ou sa production de volaille bio, il faut que:

  • le bétail soit nourri à plus de 90% avec des aliments biologiques. Donc il ne doit pas y avoir de farines animales dans l'alimentation du bétail.
  • les animaux puissent accéder à des parcours en plein air. Les animaux doivent vivre dans des conditions adaptées à leur comportement naturel, il ne doit pas y avoir de surpopulation des animaux dans les bâtiments.
  • Les éleveurs n'utilisent pas d'antibiotiques et pas d'hormones de croissance. Les animaux malades sont soignés avec des médicaments chimiques uniquement quand les soins naturels (médecines douces comme l'homéopathie ou la phytotérapie) ont déjà été utilisés sur l'animal malade mais que cela n'a pas fonctionné. Le nombre de médicament chimique est cependant restreint et limité par année.

Les règles imposées aux éleveurs bio dans les élevages biologiques.

L'élevage bio respecte un cahier des charges très précis et détaillé. Ce cahier des charges biologique respecte le bien être des animaux.

  • Les animaux doivent avoir un lieu de couchage propre, sec et confortable.
  • Les animaux ne sont pas attachés.
  • La reproduction des bêtes se fait de façon naturelle
  • Les jeunes animaux tètent leur mère autant de temps qu'ils en ont besoin pour leur développement.
  • L'animal se nourrit librement et a accès aux pâturages. La majorité des aliments doivent provenir de la ferme dans laquelle l'animal est élevé.
  • Le bétail est alimenté avec des aliments qui sont issus de l'agriculture biologique.
  • Dans un élevage bio les animaux sont soignés tout d'abord et en priorité par les médecines douces. En cas de maladies graves que les médecines douces ne peuvent pas soigner l'éleveur peut utiliser des traitements antibiotiques mais de façon limitée.